French Arabic Bulgarian Chinese (Simplified) English German Greek Haitian Creole Hindi Italian Portuguese Romanian Spanish Thai Turkish
Conversie optimalisatie Trouwfotograaf
Bruidsfotografie Bruidsfotograaf

Sexualité pendant la grossesse

La grossesse est une période durant laquelle la sexualité se modifie souvent. Plus de 60 études ont été réalisées au cours des cinquante dernières années sur ce thème de la sexualité pendant la grossesse,

nous permettant ainsi de disposer aujourd'hui de données objectives.

Les travaux sur la sexualité pendant la grossesse ont exploré d'une part les composantes de la sexualité de la femme enceinte (désir, plaisir, orgasme...) et d'autre part, les conséquences des rapports sur la grossesse et le fœtus.

Mise en place d'une nouvelle sexualité

Chez la femme enceinte, il y a plusieurs réalités : certes, il peut toujours y avoir une sexualité érotique, mais apparaissent aussi une sexualité de femme-maman (et d'ailleurs aussi de partenaire-papa) avec leurs vécus émotionnels différents, et leurs préoccupations pour la bonne santé de l'enfant.

Par le passé, dans certaines civilisations, les rapports sexuels devaient être plus fréquents (on pensait que le sperme nourrissait le fœtus). De nos jours, la grossesse est placée sous contrôle médical et les rapports sexuels ont longtemps été considérés, par les médecins avant tout, comme une source potentielle de complications de la grossesse. La peur qui en a résulté a joué un rôle important dans les modifications des comportements sexuels des couples.

Il est vrai que l'activité et le comportement sexuel changent au cours de la grossesse. L'intérêt sexuel peut diminuer ou, au contraire, augmenter, en fonction de son stade. En tout cas, la peur de nuire à l'enfant ne doit plus être un prétexte pour restreindre les rapports, à condition de respecter quelques précautions. L'abstinence n'a pas de raison d'être durant une grossesse normale. Au contraire, poursuivre une activité sexuelle pendant la grossesse renforce les liens du couple, prépare un accueil équilibré de l'enfant et diminue le risque de problèmes sexuels dans la période suivant l'accouchement.

Évolution du désir pendant la grossesse

Le désir diminue souvent au cours du premier trimestre de grossesse. La fatigue, les nausées, la somnolence ne favorisent pas l'intérêt sexuel ! De plus, au plan émotionnel, la femme vit très fortement cette expérience nouvelle de la présence de l'enfant en elle. Le couple est encore sous l'effet de l'annonce de la grossesse. Pendant le deuxième trimestre, le désir est variable d'une femme à l'autre. Si la sensation de bien-être et la disparition des symptômes désagréables du début de la grossesse favorisent son réveil, les modifications corporelles, la prise de poids, la peur de nuire à l'enfant, l'image socio-familiale de la femme enceinte, particulièrement pour l'homme l'image de femme-maman, sont autant de facteurs qui peuvent au contraire inhiber le désir. Par ailleurs, un certain degré de sécheresse vaginale peut être observé. La pénétration peut être alors moins agréable, voire douloureuse, augmentant la crainte de nuire au bébé et diminuant le désir.

En définitive, beaucoup de femmes ont un désir et une activité sexuelle plus importants qu'avant la grossesse. Mais chez d'autres, la baisse du désir observée au cours du premier trimestre se poursuit durant le deuxième.

Le troisième trimestre est souvent associé à un désintérêt sexuel. Les changements corporels sont plus nets. Les rapports peuvent devenir inconfortables. Un orgasme peut déclencher des contractions utérines assimilées, chez la femme, au risque d'accouchement prématuré, l'incitant à éviter de vouloir renouveler cette expérience. Dans le mois précédant l'accouchement, l'activité sexuelle est souvent réduite : aux raisons physiques déjà citées viennent s'ajouter la peur accrue de déclencher l'accouchement. En réalité, dans la majorité des cas, les rapports peuvent être poursuivis sans dommage jusqu'aux derniers jours de la grossesse.

Bien entendu les fréquences de l'activité et des rapports sexuels se modifient parallèlement au désir. En ce qui concerne la sexualité des pères, très peu de données objectives existent. On imagine facilement des difficultés psychologiques liées à cette nouvelle situation à laquelle ils doivent s'adapter avec la présence de l'enfant à l'intérieur de la femme. Beaucoup d'hommes citent la crainte de lui nuire à l'occasion des rapports.

Évolutions du plaisir et de l'orgasme pendant la grossesse

Les évolutions du plaisir et de l'orgasme pendant la grossesse sont très variables d'une femme à l'autre et ne peuvent donc être schématisées. Certaines femmes les jugent plus faibles pendant la grossesse. D'autres rapportent des sensations plus fortes. Quelques-unes disent avoir eu leur premier orgasme au cours de la grossesse (surtout pendant le troisième trimestre). Certaines éprouvent un orgasme pendant l'accouchement...

Il est important de comprendre qu'il s'agit là de variantes naturelles, révélées par des réponses à des questionnaires, par l'expérience des médecins... Il n'y a pas de normes en ce domaine. S'il est plutôt recommandé de poursuivre les relations sexuelles au cours d'une grossesse normale, il n'y a pas à se culpabiliser d'une baisse du désir ou du plaisir.

Sexualité pendant la grossesse : des rapports sexuels à risque ?

Près de la moitié des femmes craignent que les rapports soient nocifs pour la grossesse. Dans une étude récente, la majorité des couples qui avaient été confrontés à un problème au cours de leur grossesse croyaient que leurs rapports sexuels pouvaient en être la cause. Qu'en est-il vraiment ?

Les résultats des différentes études objectives permettent les conclusions suivantes :

- La durée de la grossesse n'est pas corrélée à la fréquence des rapports sexuels. Ceux-ci ne peuvent donc pas la raccourcir.

- Il n'y a pas d'association significative entre activité sexuelle et risque d'accouchement prématuré.

On peut donc considérer que, lorsqu'une grossesse se déroule normalement, l'activité sexuelle peut être poursuivie "normalement". Si un problème survient, il faut prendre l'avis d'un spécialiste et lui poser des questions quant aux risques liés à la poursuite des rapports (en particulier en cas de placenta prævia et de menace d'accouchement prématuré).

Sexualité pendant la grossesse : MST et autres infections

· Sida (VIH)

Chez une maman séropositive mais traitée, le risque de transmission du virus à l'enfant est actuellement inférieur à 1 %. Ceci implique donc une prise en charge de la grossesse par une équipe spécialisée. Il faut cependant continuer à utiliser des préservatifs pour protéger son partenaire.

Herpès

En cas d'herpès génital récent, il existe un risque de contamination des yeux du bébé par le virus pendant l'accouchement, ce qui pourrait conduire à des complications graves (kératite herpétique). Ceci peut conduire à réaliser une césarienne pour éviter tout risque de contact des yeux avec le virus.

Autres infections

Les infections "banales" urinaires ou vaginales ne semblent pas plus fréquentes chez les femmes ayant des rapports sexuels pendant la grossesse. Cependant, la survenue de symptômes évoquant une infection (écoulements anormaux, brûlures urinaires ou vaginales ...) doit vous amener à consulter.

Serigne Lamine Bara Fall

Guédiawaye arrêt Double less.

Contact : +221 77 646 41 21 - 76 283 98 69.

Skype : laminefall1976

Email :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site web : http://www.laminebarafall.com

SERIGNE LAMINE BARA FALL

Guédiawaye arrêt Double Less

Contact : 77 646 41 21 - 76 283 98 69

Skye : laminefall1976

Email: laminefall1976@hotmail.fr

Site web: http://www.laminebarafall.com

© 2014 Assane Cissé & Sidy Diaouné